Les modalités de la méthode Vittoz

La méthode Vittoz est une approche dont le but est :

  •        D’une part, de modifier le mécanisme cérébral par une rééducation fonctionnelle,miniature-vittoz2
  •        D’autre part, de modifier l’état mental par une rééducation psychique.

Dans son livre : « Le traitement des psychonévroses par la rééducation du contrôle cérébral », le Docteur Roger Vittoz expose la dualité entre le conscient et l’inconscient :

Chez le sujet dans des conditions normales, l’activité de ces deux centres du cerveau est réglée de telle sorte que l’équilibre de la personne est sauvegardé: le conscient tient l’inconscient sous son contrôle comme « le cavalier tient en main les rênes de son cheval ».
« Ce contrôle est naturel, automatique, imperceptible, même tant il va de soi, il est la faculté de juger, d’éliminer ou de garder une idée, de se défendre contre les excès d’émotivité, d’utiliser sa volonté et son énergie à bon escient sans perdre le calme  en un mot : d’être maître de soi. Une émotion, la fatigue soit physique, soit intellectuelle, un souci ou tout autre raison de trouble peut envahir une personne et l’ébranler. Si le sujet est en bonne santé physique et psychologique, ce phénomène ne sera que passager».

Chez le sujet présentant des problèmes psychologiques : le contrôle cérébral est défectueux. On dirait que toute opération cérébrale passe à travers un filtre déformant où ni l’intelligence, ni la volonté, ni le bon sens, n’ont de pouvoir de redressement. Le sujet, quand il s’en rend compte, est incapable de réagir contre ces troubles qui, au lieu d’être passagers, deviennent périodiques ou permanents. Ces troubles ont souvent des répercussions sur le corps, occasionnant des symptômes fonctionnels.

Caractère de la méthode Vittoz :

La Méthode Vittoz propose donc une synthèse de restauration. « Elle mobilise le conscient, l’arrache à sa passivité morbide et lui rend son autorité. Elle fait appel à des forces positives que le sujet a négligées, oubliées, ou perdues, mais qu’il peut réveiller et utiliser en rééduquant son contrôle cérébral ». La méthode Vittoz est une thérapie complète, s’adresse à la personne entière, physique et psychique. Ce contrôle cérébral accomplit l’unité de la personne, en elle-même, dans l’espace (ici) et dans le temps (maintenant).

 

La Méthode Vittoz procède par deux moyens parallèles :

a) – Des exercices faits avec le thérapeute que le patient doit répéter par la suite :

  1.  Des exercices mentaux pour donner ou redonner des habitudes saines au fonctionnement du cerveau,
  2.  Des actes conscients posés tout au long de la journée pour instaurer l’usage spontané de ces habitudes.
  • Les exercices présentent un aspect artificiel ; ils constituent la technique du traitement.
  • Les actes conscients rétablissent l’équilibre cérébral d’une manière continue et naturelle.
  • Les exercices sont un entraînement, les actes conscients un mode de vivre.

Les problèmes psychiques présentent toujours des données déformées par la subjectivité ; ils sont donc faux par définition. « En améliorant son contrôle, le sujet voit disparaître ses tourments, nés d’une mauvaise disposition. Il retrouve les choses comme elles sont et non comme elles se présentaient à lui personnellement, teintées par son hyperémotivité ».

La méthode Vittoz replace le sujet dans une objectivité. Ce qui faisait dire au Dr Roger Vittoz : « Je ne résous pas les problèmes je les dissous ».

L’intérêt de la Méthode Vittoz réside dans sa grande simplicité et surtout dans le fait que le patient est appelé à se prendre en charge lui-même. Responsable de ses exercices, il apprend progressivement à se contrôler et à gagner une autonomie, en même temps qu’il voit disparaître la source de l’objet de ses troubles.

Auto-rééducation est le mot qui résume le caractère de la Méthode Vittoz.

b) – La prise d’onde de la Méthode Vittoz :

Roger Vittoz a montré qu’au-delà du pouls cardiaque et respiratoire, il existait un troisième pouls : « le pouls cérébral », le cerveau a en effet une vibration, (appelée aussi onde cérébrale, différente de l’activité électrique du cerveau (EEG) que Roger Vittoz a pu capter à l’époque avec un phono cardiographe) qui reflète son degré de calme, de concentration, de tension psychique…. Tous les exercices sont donc supervisés et réévalués au regard de cette « prise d’onde »

C’est là, la grande originalité de cette Méthode qui possède un moyen de diagnostic de l’état du cerveau (instabilité – insuffisance – absence de contrôle) et un moyen de contrôle qui permet d’adapter les exercices en fonction des troubles constatés et de suivre l’évolution jusqu’à la guérison.

Les indications :

  • Difficultés de concentration – rêverie – vagabondage cérébral – trouble de la mémoire,
  • doutes – dévalorisation – timidité – émotivité….
  • insomnie,
  • anxiété – angoisse, et manifestations psychosomatiques,
  • phobie,
  • obsessions,
  • psychasthénie,
  • Psychose (recentrage sur le réel) – PMD (contrôle émotionnel avec un thérapeute spécialisé).

c) – Les échecs de la Méthode Vittoz :

  • Souvent liés à l’incrédulité par rapport à la méthode qui apparaît très simple, sujet excessivement mentalisé.
  • Manque de persévérance ou de sérieux dans les exercices.
  • Dépendance marquée aux médicaments (qui très souvent s’estompe au cours du traitement).
  • La peur ou le non désir de guérir.

Déroulement des séances :

En général une quinzaine de séances au cours desquels le patient :

  • Prend conscience de son rapport au monde et à lui-même,
  • acquiert l’esprit dans lequel doivent se dérouler ces exercices,
  • apprend des exercices de réceptivité et d’émissivité qu’il devra refaire chez lui,
  • intègre dans son quotidien les acquisitions,

le thérapeute contrôle les exercices et apprécie les résultats,
la rapidité de la progression est en fonction des individus et des problèmes concernés.

Intérêts :

  • Ne nécessite pas la médiation de la parole (elle est présente certes mais secondaire).
  • Simplicité.
  • Thérapie brève.
  • Participation active du patient.
  • Acquisition : d’une autonomie et des moyens de l’assumer.